It’s big day, à moi Vert Baudet !

25 03 2010

                                                                                                                                                              Lundi 15 février 2010

Aujourd’ hui it’s a big day ! Je suis tata !

Ma  soeur a enfin mis bas ! Une magnifique petite fille ! Elle est sublime, une chose est sûre , elle ne ressemble pas à son père. Dieu soit loué ! J’espère que cette différence physique sera intellectuelle par la suite. Je jure que j’y œuvrerai.

Sa naissance a mis fin à 9 mois de longs discours prénataux et de chouchoutage excessif de ma sœur. Quand il y a une femme enceinte dans l’entourage, plus rien n’existe même pas la mère, tout est centré sur l’utérus, les vergetures et les hémorroïdes.

Le visionnage familial d’échographies le dimanche après- midi m’est devenu insupportable. Le pire a été à noël, j’adore ma sœur et par définition son fœtus mais de là à avoir commandé au père noël une photo prénatale de la crevette baignant dans le liquide amniotique, il y a des limites ! Et c’est véridique, ils ont offert à toute la familia un cliché de leur mouflet au fond d’un cadre surplombé d’un nounours. D’ailleurs je sais toujours pas où je vais le foutre. Pourquoi faut-il toujours que tout ce qui a trait à un bébé à un aspect débilitant ? La photo est pour des adultes pas pour des moutards d’école maternelle ! Ce problème se répète pour les faire- parts, le choix est des plus limités :

-          L’éternelle est pathétique cigogne avec son paquet de linge sale suspendu au bec

-          Le nounours psychotique avec originalité suprême le changement de fourrure si c’est un garçon ou une fille

-          Les ballons

-          Le must lorsqu’il y a un aîné , un discours niais de sa part annonçant l’arrivée de celui ou celle qui va lui spolier toute l’attention des parents

-          La promenade soit dans le jardin d’agrément ou dans le potager

                                                           ∞

 

Il était tant que cette puce pointe son nez. Ma sœur ne s’appartenait plus, à croire que lorsqu’on est enceinte on fait parti du domaine publique. Elle ne supportait plus les mains d’inconnus sur sa jolie bedaine rebondie, sa démarche en canard et sa pétaudière abdominale. Je dois également ajouté que je me serais bien passée au cours de ce dernier mois à l’aider à s’épiler et à se fringuer

Une question me taraude : pourquoi les femmes qui viennent d’accoucher se sentent- elles obligées de nous mentionner tous les détails de cette boucherie générationnelle ?

J’ai encore eu le droit à la totale :

1-      La progression de la dilatation de la sortie de secours centimètre par centimètre

2-      Les contractions

3-      L’épisode scato du « je pousse de tous les côtés » malgré les laxatifs pris en prévention

4-      Massacre au scalpel puis à l’aiguille avec mon épisio est trop serrée

5-      L’allaitement  et la vue d’un sein à rendre homo : mamelon de la taille d’une soucoupe et varice sur la poitrine prête à exploser

6 -      Grand débat à propos des tire- lait électrique ou manuel ?

Et après une heure de lamentations et de descriptions gerbantes digne de la saint Barthélémy, elle a tout de même trouvé le moyen de me répéter que c’était le plus beau jour de sa vie ! Et ce même si ça avait l’air de ressembler à un remake de la guerre du Viet Nam.

Je savais qu’avec son mec elle souffrait d’amnésie, mais là je me demande vraiment ce qui lui on foutu en intraveineuse. Et dire qu’il y a certains tarés qui prônent le retour aux accouchements naturels sans péridurale. Le type qui  l’a trouvé devrait avoir le prix nobel.


Actions

Informations



Laisser un commentaire




fictiontwilightdomination |
poèmes d'une romantique ... |
C'est de l'autre côté de ma... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poésie net
| Conversation-Evasion
| Morganedoc