A l’aube d’un nouveau jour

18 04 2010

                                                                                                                                                                                                   Lundi 22 février 2010

 

J’arpente le nouveau sentier de mon existence. Après moult hésitations et tâtonnements entre les différents séjours aux antipodes de la ville boueuse que peuvent proposer les sites de voyage à prix cassés, j’ai opté pour une sorte de safari photos au nouveau monde. Je suis par conséquent dans l’impossibilité de poursuivre aujourd’hui mon acte narcissique quotidien, parler de ma vie à toute la planète grâce à cette récente invention : le blog.

En y songeant, c’est plutôt comique, contrairement aux filles pré pubères de mon âge, je ne me suis jamais amourachée pour un calepin à l’odeur de déo de chiotte,  fermé religieusement par un cadenas, qui saute à la moindre pénétration d’une quelconque épingle. Comme quoi, avant l’invention de ce passeport pour le voyeurisme/ exhibitionnisme  à grande échelle, je n’avais jamais éprouvé l’impérieux besoin de me confier à une page blanche, du style « cher journal, je ne supporte vraiment plus Audrey, elle s’est encore moquée de mes putains de bagues ! Crois-tu que l’indifférence de Matthieu , cache en réalité sa passion pour moi ? » Trêve de niaiseries, pourquoi se taper des pages d’écriture si personne ne les lit ?

Fin des digressions. Avant de me barrer , j’ai  une série de vaccins à subir pour me protéger d’une palette de maladies dont la simple évocation fait froid dans le dos. Je dois obtenir une certificat médical pour dépression, à mon avis ça ne sera pas le plus dur vu ma gueule, un commentaire désobligeant sur ma récente prise de poids de la part du doc et je m’effondre en sanglot, et si mes talents de comédiennes me font défaut, pour une fois ma période prémenstruelle me sera utile à quelque chose.

Le côté excitant est le nouveau domaine de shopping dans lequel je vais pouvoir me délecter. A contre cœur, je dois renoncer à emporter ma garde de robe traditionnelle pour plusieurs raisons :

1-      Le poids, je ne suis pas comme une fourmis , je suis incapable de porter dix fois mon poids. La sélection risque d’être délicate pour mes nerfs.

2-      Les louboutins ne sont pas assez tous terrains, même si dans le domaine urbain elles ne s’en sortent pas mal, et sont même indispensables pour le fameux : shopping- dîner- vernissage- boite.

3-      Mon it bag prada, ne sera pas assez grand pour tout mon paquetage

Le hic est que je ne connais pas les boutiques dans lesquelles je dois faire mes emplettes, j’ai donc dressé la liste des adresses des enseignes sportives allant du décathlon à la Madeleine, jusqu’au vieux campeur à côté de la Sorbonne. Vu leurs sites, j’ai quelques appréhension quant à leurs collections ! Suis-je la seule à vouloir interdire les fringues en polaire !


Actions

Informations



Laisser un commentaire




fictiontwilightdomination |
poèmes d'une romantique ... |
C'est de l'autre côté de ma... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poésie net
| Conversation-Evasion
| Morganedoc